Bénéficiez d'un accompagnement personnalisé et gratuit pour votre collectivité

aquagir - Retour à l'accueil

Yannick Poyat : Arbre en ville “il faut cesser les politiques du chiffre, quitte à replanter moins mais mieux”

Cet article a été rédigé par Cyrus Farhangi

Crédits photos : Yannick Poyat

Yannick Poyat est agronome spécialisé dans l’étude des sols urbains. Il a travaillé dans le bureau d’études Sol Paysage où il a réalisé une thèse CIFRE sur la question de l’intégration de la question du sol en aménagement urbain. Il a créé la société Planisol en 2019 réalisant des études territoriales et des études de reconstitution de sols. En 2023, il s’associe avec Cédric Coquelin pour créer la startup TeraSol qui développe une solution de revalorisation des matériaux d’excavation.

 

Bonjour Monsieur Poyat et merci d’avoir accepté notre invitation à témoigner. Les collectivités se tournent de plus en plus vers l’arbre en ville. Outre l’esthétique et le cadre de vie, elles nourrissent de fortes attentes en matière d’adaptation aux risques liés à la chaleur et à l’eau face au changement climatique.

L’arbre en ville est en effet un sujet qui est monté rapidement, à tel point qu’il y a des pénuries de pépiniéristes face aux demandes ! La renaturation fait parfois l’objet de débats passionnés. Il y a désormais une volonté politique assez forte pour regagner du terrain sur les surfaces imperméabilisées, ce qu’on peut évidemment saluer. Or Il apparait nécessaire de remettre certaines choses en perspective : la plantation ne doit pas devenir un acte politique ou un slogan.

Certains projets sont réalisés pour des raisons d’image ou pour faire du chiffre en nombre d’arbres plantés, mais présentent peu d’intérêt agronomique. Dans une stratégie de végétalisation, mieux vaut planter moins mais mieux. Le risque de planter à tout va, en recherchant des résultats immédiats, est de ne pas pouvoir assurer les frais d’entretien et d’arrosage, de voir dépérir les arbres peu résilients face aux événements climatiques extrêmes, et ainsi de gâcher de l’argent public.

Typiquement, je remets en question la volonté de planter de gros arbres qui ont déjà 20, 30 voire 40 ans. Certains architectes-paysagistes y sont favorables, et mettent en avant des retours d’expérience concluants. Or aujourd’hui les conditions de plantation sont beaucoup plus compliquées que dans les années 1990-2000. Les épisodes de chaleur, les sécheresses et les tempêtes de plus en plus fréquentes et intenses nuisent à la capacité des racines à sortir de leur motte et coloniser le sol.

Je me fie pour ma part aux résultats de 35 ans d’expérience de Claire Atger, spécialiste du système racinaire, selon qui il faut cesser de planter des arbres qui ont été transplantés à de nombreuses reprises en pépinières. Certains disent même qu’il faut arrêter de planter des arbres en motte, car ils ne résisteraient pas aux phénomènes climatiques de plus en plus extrêmes. Mme Atger rappelle qu’au-delà d’un diamètre de racine d’environ 2cm, le fait de la sectionner désorganise complètement l’architecture racinaire, ce qui réduit d’autant plus la capacité des arbres à pouvoir reprendre.

 

L’eau est également un écueil important à considérer dans un projet de replantation…

Pour certaines villes le principal problème est effectivement la gestion de l’arrosage. Depuis peu, des sociétés comme Urbasense installent des capteurs d’humidité du sol pour optimiser l’arrosage et limiter la mortalité des arbres lors d’épisodes de chaleur extrême. Or une fois que l’on observe que les arbres sont en stress hydrique, comment faire pour arroser 2000 arbres en même temps ? Etant donné qu’un jardinier peut arroser environ 40 arbres par jour, les services espaces verts ne sont pas suffisamment dotés pour assurer un arrosage d’une telle ampleur dans le peu de temps imparti !

La gestion de l’arrosage des 3 premières années est cruciale. Certains pensent que plus l’arbre est gros, plus il aura de réserves et pourra survivre en ville. Or c’est tout l’inverse : plus l’arbre est gros plus il est en stress ; après avoir été transplanté à de nombreuses reprises, il lui faut plus d’énergie pour fabriquer ses tissus. Tandis qu’un petit arbre aura des besoins moindres. De surcroit, un petit arbre aux racines nues rattrape en 5 ans la taille des gros arbres, car il s’habitue beaucoup plus vite aux conditions locales. Mais politiquement un petit arbre fin de 1 mètre de haut sera moins attrayant à court terme, alors qu’un gros arbre fournira tout de suite plus d’esthétique et d’ombrage.

Il faut, à mon sens, cesser d’acheter de gros et vieux arbres en pépinière. On se rend compte de pertes importantes : dans la plupart des plantations en milieu urbain, la quasi-totalité des gros arbres plantés il y a 3-4 ans sont en train de dépérir, avec plusieurs milliers d’euros de dépenses publiques perdues par arbre.

Il faut être très prudent car la croissance d’un arbre est lente, et nous n’avons pas un nombre illimité d’essais pour planter des espèces adaptées au changement climatique.

 

A l’inverse, on continue de voir des chantiers d’abattage d’arbres…

Les abattages cristallisent beaucoup de tensions. J’essaie d’être pragmatique, parfois cela peut avoir du sens, comme dans le cas de platanes qui vont à l’évidence subir toute leur vie. On se demande alors quel est l’intérêt : ces arbres sont en souffrance et ne rendent pas les services écosystémiques que l’on souhaiterait (ex. îlots de fraicheur, infiltration et rétention de l’eau, réduction des eaux de ruissellement, épuration de l’air, évapotranspiration, ombrage, séquestration de CO2, réservoir de biodiversité…). Dans de tels cas, il serait préférable pour la commune d’investir pour tout refaire, mais mieux, en créant de bonnes conditions d’exploration racinaire dans le sol.

Mais dans la grande majorité des cas, je comprends tout à fait les oppositions aux demandes d’abattage. Ce qui m’apparait d’autant plus contestable est la promesse de « compensation ». On serait idéalement tous favorables à la replantation massive d’arbres. La végétalisation est une solution prioritaire pour maximiser la résilience urbaine, mais cela ne justifie pas d’abattre 3 arbres majeurs pour en replanter 10. Il faudrait attendre des dizaines d’années pour que ces 10 arbres fournissent le même niveau de « service » que les arbres abattus.

 

Où en sont les connaissances agronomiques en matière de désimperméabilisation et de régénération de sols urbains ?

La place disponible est un facteur pouvant freiner la végétalisation des villes. Tout le monde parle de « planter dans la pleine terre ». Le terme n’est pas vraiment défini, mais dans les esprits c’est une plantation dans 1 mètre de sol. C’est le cas de nombreuses surfaces végétalisées aujourd’hui, sauf que la place va finir par manquer, ce qui pose la question de regagner du terrain sur le béton, en reconvertissant les surfaces imperméabilisées en surfaces plantées.

Sur les zones de pleine terre nous faisons déjà face à un certain nombre de contraintes comme la compaction du sol, un entretien insuffisant… Dans certains cas les entreprises de travaux n’ont pas suivi le cahier des charges et laissent une épaisseur de terre végétale très insuffisante. Mais alors imaginez les contraintes pour des sols déjà imperméabilisés !

L’expertise agronomique en matière de désimperméabilisation est tout juste émergente. Pour accélérer le processus de régénération d’un sol urbain, il est important de comprendre que les sols urbains sont généralement excavés sur 1 mètre. Dans l’exemple d’un parking, on a 12-15cm d’enrobés, en-dessous un coffre composé de cailloux, graviers et sable pour assurer une portance, et en-dessous « l’encaissant » où ce qu’on retrouvera relève de la loterie ! C’est très variable et inconnu, les personnes à l’origine du chantier ne sont généralement plus joignables, les archives sont difficiles à trouver, donc c’est quasiment un travail d’archéologue !

La vision conventionnelle consisterait à ne pas se poser de question : on décape tout sur 1 mètre, et on remplit de terre végétale. Or la terre végétale est une ressource finie. Dans la quasi-totalité des cas c’est de la terre agricole décapée, stockée, et revendue. Il conviendrait plutôt de comprendre comment régénérer les sols en n’important quasiment rien.

Avec le canton de Genève nous expérimentons des solutions techniques pour désimperméabiliser des parkings et régénérer les sols en important uniquement de la matière organique, et en accélérant les processus de pédogénèse.

Nous avons aussi des retours d’expérience d’autres acteurs sur lesquels nous appuyer. Par exemple le projet Siterre est parvenu à identifier des substituts possibles à la terre végétale parmi les matériaux issus de l’activité et de la déconstruction des villes. Le projet est parvenu à reconstituer des modèles de sols à partir de matériaux minéraux et organiques (ex. déchets verts, béton concassé, balayages de rues…). Les acteurs ont remarqué que du point de vue de développement arboré, il n’y avait aucune différence avec de la terre végétale. Donc avec des déchets qui aujourd’hui ne sont pas du tout considérés, on parvient à reconstituer des sols qui fonctionnent bien.

 

Comment savoir si les essences d’arbres plantées aujourd’hui seront adaptées au climat de 2050-2060 ?

C’est LA grande question des 5-10 dernières années, et probablement des prochaines. Il faut que les essences soient adaptées au climat incertain de 2050-2060 mais aussi aux climats transitoires d’ici là. De nombreuses réflexions sont en cours chez les spécialistes et dans les services municipaux. La question est complexe. Par exemple en Suisse on observe encore des hivers parfois rudes. On se dirigerait donc davantage vers des essences provenant des Balkans, adaptées à la chaleur et au froid, plutôt qu’aux essences méditerranéennes particulièrement résistantes au stress hydrique.

Outre l’adaptation au changement climatique, il faut également se pencher sur l’adaptation des sites de plantation. Aujourd’hui la plupart des villes se basent sur des catalogues de pépiniéristes qui connaissent bien leur travail, mais dont les préconisations sur les conditions de sols peuvent être imprécises. La capacité d’adaptation des arbres est assez importante, mais il faut bien connaitre les essences dont l’adaptation aux sols urbains est limitée, notamment en raison de l’eau disponible et du calcaire.

 

Quelles dernières suggestions feriez-vous aux collectivités territoriales souhaitant mener des démarches de replantation d’arbres ?

J’insiste sur la nécessité de mener une vraie réflexion sur ce que j’ai appelé « l’encaissant », ce qu’il y a autour de la fosse, qui va conditionner la pérennité des arbres. Remplir une fosse de terre végétale ne me semble guère indiqué. Plus tôt on prend en considération l’encaissant, plus tôt on anticipe le bon développement des arbres.

On pourrait même imaginer penser la fosse de plantation en fonction de ce qu’il y a autour, afin  d’anticiper l’adaptation de l’arbre à ce qu’il découvrira une fois que ses racines sortiront de leur fosse, au bout d’environ 5 ans. Les arbres d’alignement font typiquement face à de mauvaises conditions, plantés le long des routes, dans des fosses unitaires, entourées de réseaux… Ils font ainsi l’objet de remplacements très fréquents.

Il faut donc repenser le volume d’exploration racinaire en ville, et ne pas juste le restreindre aux zones de pleine terre. Même un trottoir doit pouvoir être pensé pour accueillir des racines.

Banque des territoires - Groupe Caisse des dépôts

Cet article vous est proposé par la Banque des Territoires

Créée en 2018, la Banque des Territoires est un des cinq métiers de la Caisse des Dépôts. Elle rassemble dans une même structure les expertises internes à destination des territoires. Porte d’entrée client unique, elle propose des solutions sur mesure de conseil et de financement en prêts et en investissement pour répondre aux besoins des collectivités locales, des organismes de logement social, des entreprises publiques locales et des professions juridiques.

Auteur(s) du contenu

Pour aller plus loin sur l'arbre en ville

Quels sont les avantages de la plantation d'arbres en ville, leurs rôles et leurs bienfaits ?

Les arbres en ville, contribuant à la nature en ville, offrent plusieurs avantages significatifs pour la santé, le bien-être, l'environnement et la qualité de vie : 1. Atténuation de la pollution de l'air : Les arbres absorbent les polluants atmosphériques et réduisent la matière particulaire, améliorant ainsi la qualité de l'air que nous respirons 2. Rafraîchissement de l'air ambiant : Les arbres interceptent le rayonnement solaire et procurent de l'ombre, ce qui contribue à réduire la température et à augmenter l'humidité de l'air 3. Contribution au bien-être et à la santé mentale : L'exposition à la nature réduit le stress, améliore l'humeur, la concentration et l'énergie 4. Lutte contre les changements climatiques : Les arbres absorbent le dioxyde de carbone (CO2) et contribuent à réduire les îlots de chaleur 5. Réduction des risques d'inondation et de pollution des eaux : Les arbres interceptent le ruissellement lors de pluies abondantes et réduisent la pollution des eaux de surface

Comment protéger les arbres en ville ?

Cela implique une approche globale qui inclut des mesures réglementaires, pratiques et éducatives. Voici quelques stratégies clés pour préserver les arbres urbains et leur participation à la nature en ville : - Classer les forêts, haies et arbres existants - Mobiliser les outils juridiques pour intégrer la gestion des arbres dans les projets de développement - Élaborer des politiques locales - Connaître et comprendre les besoins des arbres - Pratiques vertueuses dans les chantiers d'aménagement - Protection sanitaire des arbres - Équipements de protection

Quel arbre planter en ville ?

Pour planter des arbres en ville, il est important de prendre en compte la tolérance à la sécheresse, la robustesse face aux intempéries, la taille et la texture pour s'assurer que l'arbre s'adapte bien à l'environnement urbain et ne crée pas d'obstacles pour l'éclairage, la signalisation ou les façades de bâtiments. Il est important de noter que les recommandations peuvent varier en fonction du climat local et des objectifs spécifiques de la plantation. Il est donc conseillé de consulter des experts locaux ou des associations environnementales, spécialistes de la nature en ville, pour obtenir des conseils adaptés à votre situation

Vous pourriez aussi aimer

Florence Lavissière : “Les solutions fondées sur la nature (SfN) peuvent représenter une alternative économiquement viable pour répondre aux problématiques liées à l’eau”

Gestion des milieux aquatiques

Florence Lavissière est responsable du programme « Ecosystèmes » du Comité français de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). Créé en ...

Je découvre

Elodie Brelot : “La nature peut devenir notre alliée dans la gestion des eaux de pluie”

Gestion des eaux pluviales

Elodie Brelot est Directrice du Graie, association scientifique et technique qui a bientôt 40 ans, dont la mission est d’établir le lien entre scientifiques et ...

Je découvre

Adapter son territoire au risque incendie : les bonnes pratiques de la prévention

Défense extérieure contre l’incendie

Le risque incendie augmente, partout en France, en raison du changement climatique et de la maladaptation du territoire. Pour prévenir ce risque, il faut le min...

Je découvre

La végétalisation urbaine et rurale pour réguler localement la température et le cycle de l’eau

Gestion des eaux pluviales

Lorsqu’on parle d’action concrète à mettre en place sur le terrain, on pense souvent à la végétalisation. En réalité, on devrait y penser encore plus souvent ! ...

Je découvre

Vous n'avez pas trouvé le contenu que vous cherchez ?
Faites-nous en part

Je souhaite un accompagnement personnalisé et gratuit pour mon territoire

aquagir mobilise les membres du collectif pour vous aider à avancer sur votre projet de gestion des eaux

Les champs marqués d’une astérisque (*) sont obligatoires

Seuls les numéros et caractères #, -, * sont acceptés.

Vous avez besoin d'un contenu sur un sujet particulier ?

Les champs marqués de * sont obligatoires

Seuls les numéros et caractères #, -, * sont acceptés.