Bénéficiez d'un accompagnement personnalisé et gratuit pour votre collectivité

aquagir - Retour à l'accueil

A Fauquembergues (62), des barrières végétales pour limiter le ruissellement

Dans le Pas-de-Calais (62), la Communauté d’agglomération du Pays de Saint-Omer a déployé des techniques d’hydraulique douce contre le ruissellement. La plantation de haies et l’installation de fascines permettent de retenir les terres agricoles. Ces dispositifs permettent par ailleurs de limiter le débordement de boue dans les rues et les cours d’eau voisins. La CAPSO a installé en 2021 et 2022 quelque 7 600m linéaires de haies et fascines en accord avec les exploitants agricoles. Ce chantier d’un coût de 121 500€ HT a bénéficié de 80% d’aides et de subventions.

Entretien avec Joël Duquenoy, président de la Communauté d'agglomération du pays de Saint-Omer

Joel Duquenoy - Crédits photo : CAPSO

Gestion des milieux aquatiques

Ce projet est porté par :

  • Joël Duquenoy (en photo), le président de la Communauté d’agglomération du pays de Saint-Omer (62). La CAPSO regroupe 53 communes représentant 105 000 habitants

Avec

  • Christophe Monsterleet, directeur des services techniques de la CAPSO

Comment le sujet des barrières végétales au ruissellement s’est-il imposé à l’agenda de votre collectivité ?

La CAPSO (Communauté de communes du Pays de Saint-Omer) est née en 2017 suite à la fusion de quatre communautés de communes. Elle a récupéré la compétence “Hydraulique douce” de l’une d’elles, la Communauté de communes du canton de Fauquembergues.

Le constat, c’est que nos agriculteurs étaient de plus en plus confrontés au ruissellement lors des périodes de pluie ou de crue. Outre l’arrachement des bonnes terres agricoles, le départ des boues cause des dégâts sur les habitations, les routes et pollue les cours d’eau. De là vient notre volonté de développer l’hydraulique douce. On évoque par là toutes les techniques végétales permettant de créer des zones tampons pour limiter l’érosion et les inondations. Ce sont des techniques moins impactantes en terme de foncier, qualitatives pour la biodiversité et souvent moins coûteuses que la construction d’ouvrages de stockage en dur. L’hydraulique douce est souvent un préalable aux ouvrages structurants dont elle est complémentaire.

 

Quelles sont les sources d’inspiration que vous avez suivies pour vous faire une idée de ce projet ?

Les bureaux d’études consultés nous ont donné des pistes. Nous nous sommes également inspirés d’expériences menées par les syndicats de rivières voisines, l’Aa et la Lys. Nous leur avons d’ailleurs délégué la maîtrise d’ouvrage. Ainsi, les travaux menés à Fauquembergues l’ont été par le SmageAa (Syndicat mixte pour l’aménagement et la gestion des eaux de l’Aa). Et par le SYMSAGEL (Syndicat mixte pour le schéma d’aménagement et de gestion des eaux de la Lys) pour la partie située dans le bassin versant de la Lys.

L’hydraulique douce propose des techniques végétales variées : bandes enherbées, haies anti-érosives, fascines, boisement d’infiltration, talus/fossé, mares… Dans le secteur de Fauquembergues, nous avons opté pour une solution privilégiant les haies et les fascines, plus facilement acceptées par le monde agricole.

Nous avons planté des haies d’essence locales. Sur les parcelles d’exploitation agricole nous avons installé des fascines, une structure composée de branchages enchevêtrés de manière à former un barrage. Ces fascines sont consolidées avec des haies dont les racines boivent l’eau accumulée et stabilisent le sol. La contrainte majeure pour les agriculteurs, c’est d’enlever régulièrement la terre qui s’accumule au pied des fascines.

Tous ces travaux ont été réalisés durant les hivers 2020-2021 et 2021-2022.

 

Est-ce qu’une étude de faisabilité et/ou d’impact a été réalisée sur ce projet ? 

Nous avons fait une déclaration loi sur l’Eau. Comme nous intervenons avec des deniers publics sur des espaces privés, il nous a fallu faire également un dossier de déclaration d’intérêt général, suivi d’une enquête publique. Il a fallu presque deux ans entre le dépôt de ces premiers éléments réglementaires en 2018 et l’accord final des services de l’Etat en 2020.

 

Concernant les compétences, quelles sont les principaux sujets à maîtriser avant de se lancer dans ce projet ?

Il faut avoir des compétences en hydraulique, en techniques végétales pour pouvoir valider la réalisation technique des ouvrages, sans oublier bien sûr la maîtrise des réglementations et des marchés publics. Surtout, la connaissance du milieu agricole est essentielle pour parvenir à réaliser ce type de projets. Ils ne peuvent aboutir qu’avec l’accord des agriculteurs. Il faut leur expliquer pourquoi on agit et pourquoi on a choisi leur champ.

 

Lors de la phase de diagnostic et de planification, comment la collectivité a-t-elle assuré le bon dimensionnement du projet et l’adhésion des citoyens ?

La mise en œuvre de ce projet relevant exclusivement de l’adhésion des agriculteurs, ils ont été bien évidemment au centre de notre démarche. Pour résumer, je dirai qu’il nous a fallu un peu de négociation et beaucoup de pédagogie. L’aide de la Chambre d’agriculture nous a été précieuse pour favoriser l’adhésion des exploitants agricoles. Une fois l’accord de chacun d’entre eux et l’autorisation administrative obtenus, nous signons une convention.

Le programme s’est terminé en 2022 et 80% du linéaire souhaité au départ a pu être planté. Cela fait un bon taux de réalisation.

 

Comment la CAPSO a-t-elle financé ce projet et quelles sont les aides sollicitées/obtenues ?

Le projet a coûté 121 500€ HT. Il a été financé à 60% par l’Agence de l’Eau Artois-Picardie, à 20% par le Département du Pas-de-Calais, à 20% par la CAPSO.

 

Quels sont les autres acteurs qui ont accompagné la Communauté d’Agglomération dans la préparation et la réalisation de ce projet ?

Sur le bassin versant de la Lys :

  • Flandres Artois paysage (Bruay-la-Buissière, 62)
  • Association d’insertion Campagne Services (Campagne-les-Boulonnais, 62)

Sur l’Aa :

  • Campagne Services
  • Association d’insertion Eurêka (Royon, 62)

Le projet en détails

Dates clés

2016 - 2017

Mise à l’agenda et inspiration

2018

Montée en compétences

2020

Diagnostic et planification

Hivers 2020-2021 et 2021-2022

Réalisation

Chiffres clés

5 840 m
Longueur de haies installées
80 %
Taux de réalisation par rapport au programme prévisionnel
121 500 €
Coût HT du projet, avec 80% d'aides et de subventions

Résultats

  • Tous ces ouvrages concourent à l’atteinte du bon état écologique des cours d’eau par la limitation des matières en suspension dans ceux-ci.

À retenir

Tous ces ouvrages concourent à l’atteinte du bon état écologique des cours d’eau par la limitation des matières en suspension dans ceux-ci

L'efficacité du dispositif sur la retenue des sols agricoles a été prouvée par ailleurs

Convaincre les agriculteurs et se mettre d'accord sur l'implantation des ouvrages n'a pas toujours été simple

Ressources

https://www.lavoixdunord.fr/929653/article/2021-02-03/autour-de-fauquembergues-des-barrieres-vegetales-dans-les-champs-pour-limiter#:~:text=Une%20fascine%20consiste%20en%20plusieurs,branchages%20qui%20ralentiront%20les%20%C3%A9coulements.

En savoir plus sur Communauté d'agglomération du pays de Saint-Omer (CAPSO)

Nombre d'habitants

105 000

Nombre de communes

53

Données de contact

Les autres projets - Gestion des milieux aquatiques

Vous êtes passés à l'action sur la gestion des eaux ?
Partagez vos réalisations avec les territoires

Je souhaite un accompagnement personnalisé et gratuit pour mon territoire

aquagir mobilise les membres du collectif pour vous aider à avancer sur votre projet de gestion des eaux

Les champs marqués d’une astérisque (*) sont obligatoires

Seuls les numéros et caractères #, -, * sont acceptés.

Vous souhaitez partager un retour expérience ?

Les champs marqués de * sont obligatoires

Seuls les numéros et caractères #, -, * sont acceptés.