Bénéficiez d'un accompagnement personnalisé et gratuit pour votre collectivité

aquagir - Retour à l'accueil

Restauration écologique pour trois cours d’eau du Boulonnais (62)

Dans le Boulonnais, l’établissement public territorial de bassin SYMSAGEB met en œuvre un plan de gestion pluriannuel pour améliorer la qualité de l’eau des cours d’eau côtiers la Slack, le Wimereux et la Liane. Un plan cofinancé par l’Agence de l’Eau et qui s’inscrit dans le cadre de la Directive Cadre sur l’Eau européenne. Pour atteindre le bon état écologique des masses d’eau et prévenir les risques d’inondation, le syndicat mixte SYMSAGEB a établi un plan de gestion pluriannuel pour les fleuves côtiers la Slack, le Wimereux et la Liane. Afin de rétablir la continuité écologique et de faciliter la circulation des espèces, le Syndicat propose par ailleurs un accompagnement des propriétaires d’ouvrages pour réaliser des études ainsi que des travaux de mise en conformité. Il restaure les cours d’eau en reconstituant leur végétation, leur matelas alluvial et leurs méandres, en recalant ou en remplaçant les buses et en limitant le piétinement par le bétail. Des travaux cofinancés par l’Agence de l’Eau et qui s’inscrivent dans le cadre de la Directive Cadre sur l’Eau.

Entretien avec Thierry Cazin, président du Syndicat Mixte pour le Schéma d'Aménagement et de Gestion des Eaux du Boulonnais

Parole de collectivité
Thierry Cazin - Crédits photo : Banque des Territoires
Gestion des milieux aquatiques
Boulogne-sur-Mer

Le projet est porté par :

  • Thierry Cazin est le président du SYMSAGEB, Syndicat Mixte pour le Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux du Boulonnais. Il est également vice-président de la Communauté de communes de Desvres-Samer.

Parole de collectivité

Afin de vous permettre de mieux appréhender la mise en place des projets de gestion de l’eau sur votre territoire, aquagir part à la rencontre d’élus et de porteurs de projets qui sont passés à l’action

Comment le sujet de l’entretien des trois cours d’eau s’est-il imposé à l’agenda de votre collectivité ?

Le SYMSAGEB (Syndicat mixte pour le schéma d’aménagement et de gestion des eaux du Boulonnais) intervient sur la prévention et la lutte contre les inondations et la gestion des milieux naturels aquatiques. C’est un établissement public territorial de bassin créé pour assurer une gestion globale et équilibrée de la ressource en eau sur le Boulonnais. Il regroupe les six intercommunalités du Boulonnais.

Il gère huit masses d’eau, dont trois petits fleuves côtiers qui sont le Wimereux, la Slack et la Liane. Le bassin versant de celui-ci est le plus urbanisé des trois, avec l’agglomération boulonnaise.

Si l’on y ajoute les ruisseaux côtiers, le territoire géré par le SYMSAGEB représente 700 km de cours d’eau, traversant 81 communes et de nombreuses parcelles privées.

L’état écologique de la Liane, de la Slack et du Wimereux est actuellement classé “moyen”. Notre objectif est d’arriver à un bon état d’ici 2027, en réponse à la Directive Cadre sur l’Eau européenne. Nous fixons ces objectifs de restauration dans le Plan de gestion pluriannuel.

Les causes de cet état dégradé sont multiples, à commencer par les eaux de rejet agricoles (essentiellement de l’élevage) et industrielles (exploitation de carrières, transformation du poisson). Il est d’autant plus important de limiter les pollutions que nos cours d’eau sont de petite taille. Nous sommes par ailleurs confrontés aux espèces invasives comme la renouée du Japon et l’impatiens de l’Himalaya.

Ces travaux permettent aussi aux cours d’eau de retrouver leur espace de mobilité, rendant possibles l’écoulement et le débordement des eaux de crue. Ils participent à notre action de lutte contre les inondations, qui fait l’objet par ailleurs d’un PAPI, Programme d’Actions de Prévention des Inondations. Celles-ci constituent un risque fort pour notre territoire, du fait d’un ruissellement important dû à la topographie et à la géologie.

 

Quelles sont les sources d’inspiration que vous avez suivies pour vous faire une idée de ce projet d’entretien des trois cours d’eau ?

Nous n’avions pas vraiment de source d’inspiration. La gestion de la bonne qualité des eaux était l’une des missions du SYMSAGEB dès sa création en 2002. Elle s’est faite par la mise en place d’un plan de gestion, qui permet de fixer des objectifs par tronçons, de mesurer les travaux faits et ceux qui restent à faire. Travailler ainsi permet d’être cohérents d’un point de vue environnemental et de concentrer les actions de restauration afin d’obtenir une vraie plus-value environnementale sur ces secteurs.

Ce plan est découpé en deux grands volets : l’entretien et la restauration. Son renouvellement est fixé a minima tous les dix ans. Les actions de restauration importantes font l’objet d’une enquête publique et d’une validation par l’Agence de l’eau et les intercommunalités concernées. L’élaboration du plan prend environ trois ans… Notre mission s’arrête bien sûr à la gestion des cours d’eau, nous n’avons pas les compétences pour limiter ou contrôler ce qui y est versé : c’est du ressort des collectivités ou de la police de l’eau.

Dans le cadre du plan de gestion 2015-2023, nous avons rétabli la continuité écologique par l’aménagement ou l’arasement de seuils, nombreux sur nos cours d’eau. Nous avons redynamisé le lit à certains endroits, voire reméandré et retiré des buses pour faciliter la circulation de l’eau et des espèces. Nous avons aussi restauré les cours d’eau en adoucissant les berges et reconstitué la ripisylve, cette zone plantée qui sert de refuge, de nidification et d’alimentation pour les animaux. Nous avons arraché les espèces invasives ou mal adaptées et planté des saules, qui “fixent” les berges. Enfin, pour éviter le piétinement par le bétail, nous avons installé des clôtures sur les rives et des pompes qui amènent l’eau directement dans les pâtures.

 

Concernant les compétences, quels sont les principaux sujets à maîtriser avant de se lancer dans ce projet ?

Neuf techniciens travaillent au sein du SYMSAGEB. Ils connaissent la dynamique des cours d’eau, maîtrisent la géologie, savent trouver des solutions. Quand des études plus poussées sont nécessaires, nous sollicitons des bureaux d’études extérieurs. Nous avons notamment fait appel à une entreprise spécialisée dans la restauration des berges, Delbende TP.

L’activité est très liée aux saisons : l’hiver est consacré à l’entretien et aux plantations des berges. Après un arrêt printanier pour ne pas déranger la reproduction des animaux, les travaux éventuels dans le lit de la rivière ont lieu entre le 15 juin et le 15 octobre.

 

Lors des phase de diagnostic et de planification, comment la collectivité a-t-elle assuré le bon dimensionnement du projet et l’adhésion des citoyens ?

Les intercommunalités membres du SYMSAGEB nous ont confié cette mission. Notre plan de gestion puis ses différents chantiers sont soumis à leur validation et présentés aux différents acteurs du territoire. Il faut toujours faire preuve de pédagogie, pour faire comprendre la portée collective de nos interventions mais aussi pour justifier les techniques et moyens utilisés, car c’est ce qui est souvent le plus critiqué.

Nous pouvons par ailleurs nous substituer aux propriétaires pour intervenir à leur place. En théorie, chacun doit entretenir les berges situées dans sa propriété, mais tous ne le font pas. La végétation prolifère, des branches tombent dans les cours d’eau et créent des embâcles (accumulation naturelle de matériaux apportés par l’eau).

Cependant, si nous avons autorité réglementaire pour le faire, cela n’a aucun caractère d’obligation. Il nous faut donc l’accord de tous les propriétaires (et exploitants en zone agricole) avant d’engager les travaux sur un tronçon. Il vaut mieux faire preuve de pédagogie. Après une réunion publique d’information, nous allons voir les personnes concernées individuellement.

Nous demandons aussi aux collectivités concernées comme aux acteurs locaux de bien veiller à nous faire remonter toutes les informations. Et nous organisons des visites de terrain avec les élus pour leur montrer les impacts bénéfiques de nos travaux.

 

Comment le Syndicat mixte a-t-il financé ce projet et quelles sont les aides sollicitées/obtenues ?

Notre Plan de gestion est majoritairement financé par l’Agence de l’Eau Artois-Picardie.

Une délibération nous octroie un montant forfaitaire par kilomètre. Dans notre cas, 700km de cours d’eau sont concernés, donnant lieu à une subvention de 336 000€.

Concernant la restauration de la continuité écologique, l’Agence de l’Eau finance également les études ainsi que les aménagements à hauteur de 70% maximum. Ce pourcentage varie en fonction de l’ambition du projet retenu. Des subventions de la Région Hauts de France ou du FEDER peuvent également s’ajouter.

 

Quels sont les autres acteurs qui ont accompagné le Syndicat Mixte dans la préparation et la réalisation de ce projet ?

Le SYMSAGEB travaille en collaboration avec les nombreux acteurs associatifs du territoires  :

  • Boulogne Canoë Club
  • Groupement de défense contre les organismes nuisibles
  • Rivage Propres
  • Fédération de pêche du Pas-de-Calais

Egalement avec nos partenaires publics :

  • EPCI
  • Agence de l’eau
  • Région Haut de France
  • Département du Pas de Calais
  • Parc Naturel Régional des Caps et Marais d’Opale
  • Eden62 et les services de l’Etat
  • la Direction territoriale des territoires et de la mer
  • l’Office français de la biodiversité.

Le projet en détails

Dates clés

2006

Mise à l'agenda et inspiration

2006

Compétences

2006 - 2012

Diagnostic et planification

2015-2023

Réalisation

Chiffres clés

700 km
Longueur du cours d'eau concernée
81
Nombre de communes traversées
14 km
Distance de restauration du cours d'eau

Résultats

  • Amélioration de la qualité de l'eau dans les secteurs où ont été achevés les travaux de restauration du lit des cours d'eau et de réaménagement/renforcement des berges

À retenir

Le bon état écologique des cours d'eau est un travail collectif

Le bon état écologique des cours d'eau dépend aussi de la mise en œuvre des plans de conformité des installations situées le long des berges et du bon vouloir des riverains. Il faut arriver à s'articuler avec l'ensemble des acteurs.

Les cours d'eau sont des milieux vivants. Entre la rédaction du plan de gestion et la réalisation de travaux sur un secteur, plusieurs années s'écoulent et le site peut avoir beaucoup changé. Cela nécessite de s'adapter en permanence.

Ressources

En savoir plus sur le SYMSAGEB

Nombre de communes membres

6

Données de contact

Les autres projets - Gestion des milieux aquatiques

Vous êtes passés à l'action sur la gestion des eaux ?
Partagez vos réalisations avec les territoires

Je souhaite un accompagnement personnalisé et gratuit pour mon territoire

aquagir mobilise les membres du collectif pour vous aider à avancer sur votre projet de gestion des eaux

Les champs marqués d’une astérisque (*) sont obligatoires

Seuls les numéros et caractères #, -, * sont acceptés.

Vous souhaitez partager un retour expérience ?

Les champs marqués de * sont obligatoires

Seuls les numéros et caractères #, -, * sont acceptés.