Bénéficiez d'un accompagnement personnalisé et gratuit pour votre collectivité

aquagir - Retour à l'accueil

Un bassin d’orage pour venir à bout des inondations à Angoulème (16)

La Vimière était un cours d’eau qui, avant de se jeter dans la Charente, réceptionnait toutes les sources du quartier Victor-Hugo, de Bel-Air et de la gare. Canalisé en raison de l’urbanisation, très vite des problèmes d’inondations sont apparus lors de fortes précipitations. A partir d’octobre 2020, GrandAngoulême a décidé d’agir en créant un bassin d’orage capable de connecter les flux et de collecter en amont les eaux pluviales.

Entretien avec les porteurs du projet

Thierry Hureau, Laurent Francis et Gauthier Fréderic - Crédits photo : Banque des Territoires

Prévention des inondations

Ce projet est porté par :

  • Thierry Hureau (à gauche sur la photo), Conseiller délégué en charge de l’assainissement, de la gestion des eaux pluviales urbaines et du suivi de la délégation de service public
  • Laurent Francis (au centre) Vice-président du Cycle de l’eau
  • Gauthier Fréderic (à droite sur la photo), Directeur du Cycle de l’eau de Grand Angoulème

 

Comment le sujet de la création du bassin d’orage s’est-il imposé à l’agenda de votre collectivité ?

La Vimière est un cours d’eau réceptionnant toutes les sources des quartiers avoisinants. Afin de répondre à l’urbanisation, il a été canalisé. La densification de l’urbanisation et l’imperméabilisation des zones ont déclenché des insuffisances hydrauliques des réseaux canalisés. Des inondations sont donc apparues au point bas, c’est-à-dire au niveau de la rue Fréderic-Chopin. Lorsqu’un orage éclate, c’est environ 3000 m3 d’eau à gérer sur les bassins versants.

Au vue de la récurrence de ces problématiques, GrandAngoulême a missionné un bureau d’études pour établir une étude hydraulique. GrandAngoulême a réalisé un bassin d’orage de 1500m3 dès l’acquisition d’une parcelle suffisamment grande pour recevoir cet ouvrage.

 

Quelles sont les sources d’inspiration que vous avez suivies pour vous faire une idée de ce projet ?

Les contraintes du projet, nous ont orientés vers une solution enterrée. Plusieurs solutions étaient possibles : buses surdimensionnées, bassin en béton ou casiers en polypropylène. Ces types d’ouvrages ont déjà été réalisés sur l’agglomération mais l’aspect technico-économique, nous a permis de pencher vers les casiers. La spécificité de cet ouvrage ci est son degré d’ouverture qui régule les flux en fonction du niveau de la Vimière. Ce bassin d’orage permet de bien connecter les flux.

 

Est-ce qu’une étude de faisabilité et/ou d’impact a été réalisée sur ce projet ? 

Le bureau d’étude a été mandaté pour une étude hydraulique et une étude de faisabilité. Lors de la phase PRO, nous avons choisi de mettre en place un séparateur hydrodynamique pour traiter les eaux pluviales. Les services de la DDT ont validé nos solutions techniques lors du dépôt de dossier Loi sur l’eau « Porté à connaissance ».

 

Lors de la phase de diagnostic et de planification, comment la collectivité a-t-elle assuré le bon dimensionnement du projet et l’adhésion des citoyens ?

La direction du Cycle de l’eau s’est insérée à une Opération de Rénovation Urbaine (ORU) pour construire un nouveau réseau structurant d’eaux pluviales et un bassin de rétention enterré. La communication a été assurée dans le quartier de Bel-Air Grand-Font et le projet très bien accueilli. Le bassin ne se voit pas il est sous un parking.

 

Comment la collectivité a-t-elle financé ce projet et quelles sont les aides sollicitées/obtenues ?

  • Dotation de Soutien à l’Investissement Local (DSIL)   62.53%
  • Conseil régional   17.47%
  • Autofinancement   20%

 

Quels sont les autres acteurs qui ont accompagné Angoulême dans la préparation et la réalisation de ce projet ?

La commune d’Angoulême n’est pas porteuse du projet. La Communauté d’Agglomération et sa direction du Cycle de l’eau a consulté tous les services de son agglomération présents dans l’ORU, les services de l’Etat et les intervenants locaux touchés par l’emprise du chantier.

Le projet en détails

Dates clés

Avril 2018

Lancement de l'étude Hydraulique

Février 2022

Début des travaux

Octobre 2022

Fin des travaux pour les travaux de raccordements

Chiffres clés

1 555 411 euros TTC
Coût du projet
1500 M3
Volume d'eau retenue en sous-sol
290 L/S
Débit traité par le séparateur hydrodynamique

Résultats

À retenir

Aucune dégradation sur le chantier

Soutien des intervenants locaux

Aucune tension avec les habitants

Ressources

https://www.charentelibre.fr/economie/travaux/angouleme-trois-mois-de-chantier-a-bel-air-grand-font-pour-la-creation-d-un-bassin-d-orage-8255238.php
http://actes.grandangouleme.fr/actes/2021-01-07-20-2021-01-009-b-del4258/
http://www.grandangouleme.fr/bassin-de-retention-bel-air-grand-font/

En savoir plus sur la Communauté d’Agglomération d’Angoulême

Nombre d'habitants

142 379

Nombre de communes regroupées

38

Données de contact

Les autres projets - Prévention des inondations

Vous êtes passés à l'action sur la gestion des eaux ?
Partagez vos réalisations avec les territoires

Je souhaite un accompagnement personnalisé et gratuit pour mon territoire

aquagir mobilise les membres du collectif pour vous aider à avancer sur votre projet de gestion des eaux

Les champs marqués d’une astérisque (*) sont obligatoires

Seuls les numéros et caractères #, -, * sont acceptés.

Vous souhaitez partager un retour expérience ?

Les champs marqués de * sont obligatoires

Seuls les numéros et caractères #, -, * sont acceptés.