Bénéficiez d'un accompagnement personnalisé et gratuit pour votre collectivité

aquagir - Retour à l'accueil

Une mare paysagée comme réserve incendie sur un site protégé à Anché (37)

Faute de disposer d’une réserve incendie à proximité, le propriétaire d’une demeure ancienne située dans le hameau du Bois de Veude, sur la commune d’Anché (Indre-et-Loire) ne pouvait obtenir un permis de construire pour y aménager un gite touristique. Le site étant protégé en raison de la présence d’un manoir du XVIème siècle à la façade et aux toitures classées, les Bâtiments de France imposaient l’installation d’une citerne enterrée. La commune a finalement opté pour la création d’une mare paysagée, moins coûteuse, qui contribue ainsi au développement de la biodiversité sans altérer le paysage.

Entretien avec Pascal Lecomte, maire d'Anché

Pascal Lecomte - Crédits photo : Banque des Territoires

Défense extérieure contre l’incendie

Le projet est porté par :

  • Pascal Lecomte, maire d’Anché et ancien sapeur-pompier

 

 

« La solution retenue répond aux normes de sécurité et de respect du site »

Comment le sujet de la mare paysagée s’est-il imposé à l’agenda de votre collectivité ?

Le projet a été administré par mon prédécesseur à la mairie, Michel Ferrand. La demande émanait du nouveau propriétaire d’une grande demeure située au lieu-dit le Bois de Veude. Il avait déposé un permis de construire pour créer un gite touristique mais le permis ne pouvait pas lui être accordé car aucun système de défense incendie n’était disponible à moins de 400 mètres.

La prolongation d’une canalisation pour installer une borne d’incendie aurait coûté plus de 300 000 €, ce qui était inenvisageable pour notre commune de 435 habitants.

Le hameau du Bois de Veude ne compte que quatre habitations parmi lesquelles un manoir du XVIème siècle. Le site étant protégé, les Bâtiments de France nous imposaient la création d’une citerne totalement enterrée, ce qui aurait représenté un coût prohibitif.

En définitive, après avoir pris l’avis d’un conseiller du parc naturel Loire-Anjou-Touraine, la décision a été prise de créer une mare paysagée s’intégrant parfaitement au site.

 

Quelles sont les sources d’inspiration que vous avez suivies pour vous faire une idée de ce projet ?

Nous avons tenu compte des différentes règlementations concernant à la fois les sites protégés, les dispositifs de lutte contre les incendies et les règles d’urbanisme. Le hameau étant situé en zone inondable, il a fallu choisir un terrain en zone hors d’eau pour l’accès des pompiers à la mare.

 

Est-ce qu’une étude de faisabilité et/ou d’impact a été réalisée sur ce projet ?

Une étude de faisabilité a été réalisée par le Parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine, et le bureau d’études RIVE a pris en charge la maîtrise d’œuvre.

En fonction des critères établis en concertation avec le SDIS (Service Départemental d’Incendie et de Secours), la capacité de la mare a été fixée à 125 m3. Un système automatique d’approvisionnement en eau a été installé pour maintenir le niveau.

Des roseaux et des végétaux pour zone humide agrémentent le pourtour de la mare.

 

Concernant les compétences, quelles sont les principaux sujets à maîtriser avant de se lancer dans ce projet ?

Pour ce type de projet très spécifique, il est nécessaire d’acquérir des connaissances et compétences relatives aux normes de lutte contre les incendies, aux règles d’aménagement du territoire et à la réglementation des sites protégés.

 

Lors de phase de diagnostic et de planification, comment la collectivité a-t-elle assuré le bon dimensionnement du projet et l’adhésion des citoyens ?

Le bon dimensionnement du projet était étroitement lié à la capacité financière de la commune à faire face à des investissements qui doivent pouvoir rester supportables. Il a fallu en l’occurrence confronter différentes solutions et opter pour le meilleur compromis.

Il n’y a pas eu de réunion car le hameau ne compte que quatre habitations et l’information a été transmise directement.

 

Comment la collectivité a-t-elle financé ce projet et quelles sont les aides sollicitées/obtenues ?

  • Le budget total représente un investissement 62 832 € dont 1 000 € pour le terrain.
  • Le conseil régional Centre-Val de Loire a accordé une subvention de 38 166 €
  • Reste à charge pour la commune :  24 666 €

 

Quels sont les autres acteurs qui ont accompagné la collectivité dans la préparation et la réalisation de ce projet ?

Parc naturel régional Loire Anjou-Touraine

Bureau d’études RIVE pour la maitrise d’oeuvre.

Travaux par l’entreprise de terrassement Hegron (Chinon) et TPPL.

Clôture et végétalisation par un artisan paysagiste, Harmony Paysages

Le projet en détails

Dates clés

Mars 2016

Mise à l'agenda

2018

Diagnostic

2018

Planification

2019

Réalisation

Chiffres clés

125 m3
d'eau
62 832 €
d'investissement
38 166 €
de subvention

Résultats

  • Obtention du permis de construire pour y aménager un gite. Une fois construit, la commune a gagné en attractivité touristique.

À retenir

Réalisation d’une défense incendie aux normes des pompiers

Attractivité touristique avec la création d’un gite

Contraintes supplémentaires des Bâtiments de France

Ressources

En savoir plus sur la commune d'Anché

Nombre d'habitants

426

Données de contact

Les autres projets - Défense extérieure contre l’incendie

Vous êtes passés à l'action sur la gestion des eaux ?
Partagez vos réalisations avec les territoires

Je souhaite un accompagnement personnalisé et gratuit pour mon territoire

aquagir mobilise les membres du collectif pour vous aider à avancer sur votre projet de gestion des eaux

Les champs marqués d’une astérisque (*) sont obligatoires

Seuls les numéros et caractères #, -, * sont acceptés.

Vous souhaitez partager un retour expérience ?

Les champs marqués de * sont obligatoires

Seuls les numéros et caractères #, -, * sont acceptés.