Bénéficiez d'un accompagnement personnalisé et gratuit pour votre collectivité

aquagir - Retour à l'accueil

Reforester les berges pour protéger les cours d’eau contre la pollution et favoriser la biodiversité

La reforestation des berges des cours d’eau consiste à replanter des arbres le long des rivières et fleuves qui ont été dénaturés par l’homme. Cette action permet de stabiliser les berges, de favoriser la biodiversité et de protéger les cours d’eau contre la pollution

Crédits photos : Shutterstock

Description détaillée de la proposition

Pourquoi reforester les berges des cours d’eau ? 

Le dérèglement climatique renforce les phénomènes météorologiques extrêmes, amplifiant ainsi les orages et les précipitations en automne et en hiver. En parallèle, l’augmentation constante de l’artificialisation des sols conduit à une hausse des inondations, qu’elles soient « éclairs » en été ou plus progressives, en plaines, lors des périodes hivernales. De plus, nous sommes témoins d’un effondrement de la biodiversité, non seulement en France, mais également à l’échelle mondiale, en grande partie dû à la destruction des habitats naturels et à diverses formes de pollution, qu’elles soient accidentelles, délibérées ou même parfois tolérées. En parallèle, le réchauffement du climat rend certains espaces urbains difficilement supportables pendant les mois d’été.

Partout sur le territoire, les cours d’eau ont été modelés selon les besoins humains depuis plusieurs siècles. Détournés, asséchés, canalisés, beaucoup ne peuvent plus jouer leur rôle de régulateur écologique dans les zones qu’ils traversent. On estime d’ailleurs que seuls 43,4 % d’entre eux étaient en « bonne santé » en 2018. Ils sont devenus réactifs aux moindres intempéries et leur biodiversité animale comme végétale est en chute libre, parfois déjà réduite à néant.

En plantant des arbres le long des berges, les collectivités peuvent contribuer à la lutte contre l’érosion, les inondations et la perte de biodiversité. De plus, cette action est un moyen efficace et peu coûteux pour filtrer une partie des pollutions d’origine humaine avant qu’elles n’atteignent les cours d’eau. La reforestation des berges est une réponse concrète et efficace à plusieurs enjeux locaux comme la préservation du patrimoine naturel, la lutte contre la pollution et l’amélioration du cadre de vie des citoyens.

 

En quoi consiste la reforestation des berges ? 

La reforestation des berges de cours d’eau se présente comme une réponse concrète et écologiquement durable à ces problématiques environnementales. Cette action consiste à replanter des arbres et des végétaux endémiques le long des rivières et des fleuves, permettant de stabiliser les berges, d’atténuer les effets des inondations et de favoriser la biodiversité.

Une action de reforestation des berges d’un cours d’eau s’organise généralement en plusieurs étapes. D’abord, un diagnostic préalable est nécessaire pour évaluer l’état des berges et déterminer les espèces végétales les plus adaptées à replanter.

Ensuite, la plantation proprement dite nécessite un travail de préparation du sol pour faciliter la reprise des végétaux. Cette étape est souvent réalisée à l’automne, période idéale pour le développement de jeunes arbres.

Après la plantation, un suivi régulier doit être effectué pour s’assurer de la bonne croissance des arbres et de leur adaptation à l’environnement.

Si nécessaire, des actions de maintenance comme le paillage ou la mise en place de protections contre le gibier peuvent être réalisées.

Il faut noter que cette action de reforestation doit être menée en concertation avec les acteurs locaux et en respectant les particularités écologiques du site.

 

Quels sont les bénéfices de la reforestation des berges ?

L’importance de cette démarche réside dans son double rôle : d’une part, les arbres plantés le long des cours d’eau jouent un rôle de filtre, captant les polluants et les excès de nutriments avant qu’ils ne pénètrent dans l’eau. D’autre part, la végétation riveraine offre un habitat de choix à de nombreuses espèces, contribuant ainsi à la reconstitution des écosystèmes locaux.

Par ailleurs, la reforestation des berges permet aussi de lutter contre l’érosion des sols, de limiter le ruissellement et d’assurer la régulation thermique des cours d’eau, facteur clé pour la survie de certaines espèces aquatiques.

Reforester les berges d’un cours d’eau permet de contribuer à lui redonner sa fonctionnalité écologique, au-delà de l’acheminement d’eau d’un point A à un point B.

 

Quels sont les moyens à mettre en oeuvre ? 

Pour lancer une action de reforestation des berges d’un cours d’eau, plusieurs moyens doivent être mis en place.

Premièrement, il est nécessaire d’établir une étude d’impact environnemental pour identifier les espèces végétales locales adaptées, le meilleur moment pour planter, et d’évaluer les prévisions d’entretien. Les technologies à utiliser comprennent, par exemple, la cartographie par satellite pour identifier les zones prioritaires et les logiciels de modélisation hydrologique. En quête d’inspiration, il est également possible de se plonger dans les relevés topographiques historiques pour retrouver un cours naturel.

Deuxièmement, la mobilisation de ressources financières est indispensable pour couvrir les coûts liés à l’achat des plants, à leur plantation et à l’entretien ultérieur. Les fonds peuvent provenir de diverses sources, y compris des subventions gouvernementales ou de contributions d’entreprises locales. Le coût d’un projet de reforestation des berges peut varier en fonction de la taille et de la complexité du site, ainsi que des technologies utilisées.

La durée du projet dépendra également de divers facteurs, tels que la saisonnalité des conditions météorologiques et les ressources disponibles. En général, il faut compter 2 à 3 ans pour planter et entretenir les arbres avant qu’ils ne soient pleinement matures.

Troisièmement, la réunion d’une main-d’œuvre qualifiée est nécessaire pour la plantation et l’entretien à long terme des arbres.

Enfin, une sensibilisation accrue et une collaboration avec la communauté locale sont cruciales pour garantir le succès du projet et encourager la participation active à la protection et à la préservation des cours d’eau et de leur biodiversité. Une communication transparente et régulière avec les habitants est essentielle pour obtenir leur adhésion.

 

Comment procéder ? 

Étape 1Évaluation initiale : Commencez par un état des lieux du cours d’eau concerné. Identifiez les zones les plus dégradées, les sources de pollution, les obstacles majeurs et les besoins spécifiques du site.

Étape 2Sensibilisation et engagement : Mobilisez les parties prenantes locales — résidents, entreprises, associations — en organisant des réunions et des ateliers. Leur implication et leur soutien peuvent être essentiels pour la réussite du projet.

Étape 3Formation spécialisée : Assurez-vous que les équipes responsables du projet ont les compétences nécessaires. Cela peut nécessiter une formation en écologie des cours d’eau, en génie civil ou en gestion de projets environnementaux.

Étape 4Élaboration d’un plan détaillé : Créez un plan d’action basé sur votre évaluation initiale, en définissant des objectifs clairs, les méthodes de reforestation des berges à utiliser et un calendrier précis.

Étape 5Recherche de financements : Identifiez les sources potentielles de financement, qu’il s’agisse de subventions publiques, de partenariats privés ou de financements communautaires. Un projet bien financé est, évidemment, plus susceptible de réussir.

Étape 6Mise en œuvre et suivi : Une fois le financement obtenu, lancez les travaux de reforestation des berges. Assurez-vous de mettre en place un système de suivi pour évaluer les progrès et ajuster le plan si nécessaire.

 

Comment mesurer la réussite de la proposition ? 

La réussite de la renaturation peut se mesurer par plusieurs indicateurs :

  1. La qualité de l’eau : Une des principales raisons de la reforestation des berges est d’améliorer la qualité de l’eau en filtrant les polluants. Des prélèvements réguliers et des tests physico-chimiques peuvent être effectués pour évaluer l’efficacité du projet.
  2. L’état écologique de la zone : Des suivis faunistiques et floristiques peuvent être réalisés pour évaluer le retour d’espèces animales et végétales dans la zone après la reforestation.
  3. La stabilité des berges : Une fois que les arbres auront atteint leur maturité, leur système racinaire deviendra un rempart naturel contre l’érosion des berges. Des mesures de la pente et de la stabilité du sol peuvent être effectuées pour évaluer l’impact positif sur le long terme.
  4. La participation locale : Le projet peut également être considéré comme un succès si les communautés locales s’impliquent et changent leurs comportements pour préserver l’environnement et les cours d’eau.
Crédits photos : Shutterstock

Quelques données clés sur le projet

Nombre de cours d'eau

253 320 cours d’eau en France en 2021

Longueur des cours d'eau

623 464 km de cours d’eau en France en 2015

Proposition applicable pour les collectivités suivantes

Urbain

Péri-Urbain

Rural

Montagne

Littoral

.

Auteur du contenu

POSITIVR

POSITIVR est un média pure-player qui met en lumière des initiatives, des causes, des innovations, des artistes et des actualités inspirantes et positives

Je m’inspire avec les retours d’expériences d’autres collectivités sur cette proposition

Malheureusement, nous n'avons pas encore rédigé de retour d'expérience sur cette proposition. Vous souhaitez partager le vôtre avec nous ?

Je souhaite un accompagnement personnalisé et gratuit pour mon territoire

aquagir mobilise les membres du collectif pour vous aider à avancer sur votre projet de gestion des eaux

Les champs marqués d’une astérisque (*) sont obligatoires

Seuls les numéros et caractères #, -, * sont acceptés.

Vous souhaitez partager un retour expérience ?

Les champs marqués de * sont obligatoires

Seuls les numéros et caractères #, -, * sont acceptés.